Amel Grami – Narrer « Jihad al nikah » en post révolution Tunisie

0
509

Amel Grami

Englishالعربية

Les femmes en Tunisie, Egypte, Yémen, Libye et d’autres payes  dans  la région ont joué un rôle actif dans les soulèvements revendiquant leurs droits sociaux et politiques.   Elles ont formulé leurs demandes  en se servant  de termes modernes basés sur les concepts de droits de l’homme,  de justice, la liberté, l’égalité et la démocratie, mais la suite de l’activité révolutionnaire a apporté des changements qui sont contre les idéaux et les visions des forces de changement-la recherche originales.  En 2013, parmi les répercussions du « vent du changement », médias ont indiqué que le nombre de femmes tunisiennes qui voyagent vers la Syrie a augmenté. Ces femmes voulaient soutenir les combattants islamistes émotionnellement et physiquement en offrant des services sexuels pour les combattants, ou ce qui est devenu connu comme le « Jihad al-nikah », ou sexe jihad.

« Jihad al-nikah » a été une question très controversée en Tunisie. Certains membres du parti islamiste En-nahda ont nié tout à fait. Ils soutiennent que le régime syrien et le contre révolution forces locale qui ont créé cette propagande contre l’opposition syrienne et le gouvernement de la troïka. D’autres ont fait valoir que quelques groupes de jeunes femmes ont été soit au titre de l’endoctrinement religieux ou induit en erreur. Elles étaient en fait victimes de l’ignorance.  Toutefois, les déclarations officielles du Ministère de l’Intérieur ont confirmé que des groupes de jeunes femmes tunisiennes se sont rendus en Syrie dans le but de Jihad al-nikah. En même temps, certains journalistes ont réussi à rapporter sur des cas particuliers, en insistant sur la complexité de la question. Les rapports de TV et articles de journaux, ont signalé maintenant et auparavant les préoccupations des familles dont les jeunes filles ont été signalées après avoir rejoint des jihadistes en Syrie. Le but de cet article est de définir la signification du djihad al-nikah et d’analyser ses différents récits en Tunisie : l’officielle, celle résumée dans les médias et  témoignages des familles des victimes.

Clés mots : Jihad, femmes, sexualité and idéologie.

I.       Ce qui est de Jihad al-nikah ?

a) Définition du Nikah

Les musulmans sont familiers avec le terme Nikah/mariage. Aïcha l’épouse du prophète Mohammed a décrit de nombreuses formes de Nikah répartis dans la région avant l’avènement de l’Islam[1].  Les oulémas sunnites conviennent que mut’a a été autorisé par le prophète à certains moments au cours de sa vie, mais ils confirment qu’il interdit plus tard. Les Chiites cependant, estiment que le prophète n’interdit pas le mariage temporaire et ils mentionnent de nombreux hadith (parole du Prophète) sunnites, aussi Chiites selon des sources peuvent le prouver.  Le passage suivant dans le Sahih de Muslim dit que les musulmans pratiquaient le Mut’a  bien au-delà de la durée de vie du prophète Mohamed :

 Rapporté d’Ibn Uraij : ‘Ati’ a signalé que Jabir b. Abdullah est venu faire une ‘Umra’ et nous sommes arrivés à sa demeure et les gens lui ont demandé des choses différentes, et puis ils ont fait mention de mariage temporaire,  où dès qu’il a dit : Oui, nous avions bénéficié nous-mêmes par ce mariage temporaire pendant la durée de vie du Prophète et à l’époque de Abu Bakr et de ‘Umar. (Sahih Muslim, 3248).

Il y a des arguments même que c’est Omar, (le troisième califat) plutôt que du Prophète Muhammad, qui proscrit le Mut’a :

« Rapporté Abu Nadra : alors que j’étais en compagnie de Jabir b. Abdullah, une personne s’approcha de lui et dit que Ibn ‘Abbas et Ibn Zubair diffèrent sur les deux types de Mut’a, un (tamattu’ de Hajj, 1846 et tamattu’ des femmes), sur quoi Jabir a dit : nous avons l’habitude de faire ces deux pendant la durée de vie du Messager de Allah.  Umar les a interdits et on l’a suivi et nous ne sommes jamais y retourner (Sahih Muslim, 3250).

Après avoir établi sa légalité, Chiite oulémas ont consacré une attention énorme pour définir le statut juridique du mariage temporaire et toutes les règles et les règlements au tour du sujet.  Pendant ce temps, le mariage temporaire reste un sujet controversé montrant le fossé entre les différentes idéologies islamiques et les deux écoles de pensée (sunnite et Chiite).  Il faut souligner que le débat sur le mariage temporaire met en lumière la situation des femmes dans les sociétés patriarcales et reflète comment les oulémas ont défendu des intérêts masculins.  En protégeant la structure sociale et en réglementant les relations sexuelles, les oulémas confirment leur droit de contrôler le corps de la femme.

Dans l’histoire contemporaine, les nouvelles formes de mariage contracté à des fins sexuelles émergé, comme «Nikah/mariage ‘urfi» (contrat de mariage ou mariage coutumier) ou « Nikah/mariage Misyar » (de traveler/ambulant ou mariage de visiteur), menée pendant les vacances d’été par des hommes plus âgés, de riches pays du Golfe avec des jeunes filles de familles pauvres dans des pays comme l’Egypte, Maroc, Inde et Indonésie… ou «mariage d’ami » .   Ces nouvelles formes de mariage ont couramment étaient pratiqué dans des pays comme l’Arabie saoudite, Egypte et le Yémen et récemment en Tunisie après la révolution parce qu’ils attirent les deux hommes et femmes pour plusieurs raisons. Pour les jeunes, «mariage Urfi » (mariage coutumier) est considéré comme un moyen de faire des relations sexuelles acceptable et légitime.  Ces     “mariages Islamique » non enregistrés sont habituellement tenu caché des familles du couple et ne sont connus que d’un petit cercle d’amis.  Bien que le mariage temporaire n’oblige pas l’homme à cohabiter avec et à offrir l’hébergement et l’entretien à sa femme, beaucoup de jeunes femmes croient que le mariage temporaire est une solution à leur quotidien.  Ces Jeunes cherchent à satisfaire leurs besoins sexuels, mais ils ne sont pas en mesure de conclure un mariage permanent à cause de longues périodes d’études principalement dans l’Ouest ou pour des raisons économiques.  Dans ce cas, mariage temporaire permet aux jeunes de vivre leur sexualité. Par ailleurs, les autorités religieuses dans les différents pays légitiment la pratique.  En 1990,  ancien président Iranien Hashemi Rafsanjani a reconnu le désir sexuel féminin et a fait valoir qu’il est légitime pour les femmes à prendre l’initiative de conclure des mariages temporaires.  De même en 2006, le Conseil de Fiqh Saoudien a estimé que  le “mariage Misyar» et ce qu’on appelle ‘ marriage d’ami’ sont licites.

Cependant, beaucoup de militantes et de féministes dans le monde Islamique voient ces mariages comme des outils permettant de réguler la sexualité masculine.  En consentant à contracter ce type de mariage, les femmes perdent leurs droits.  Bien qu’un homme doit verser une dot à sa femme, il n’est pas obligé de verser une pension alimentaire et les partenaires n’héritent pas de l’autre.  En ce sens, la pratique n’est pas seulement une relique du passé, mais aussi une menace pour la famille et aux femmes en particulier.  Certains prétendent même que c’est une institution qui encourage la prostitution.  Les féministes soutiennent également que de telles pratiques confirment que les hommes sont pour la plupart des sujets sexuels et les femmes sont pour la plupart des objets sexuels.

a)       -Djihad

Djihad est souvent traduit par « guerre sainte  ». Les ’oulémas ont distingué entre deux formes de djihad :

1 – Djihad Pacifique : c’est faire référence à des efforts aussi bien internes qu’externes pour être un bon musulman ou croyant, comme travail pour informer les gens sur la foi de l’Islam.  En ce sens le djihad est la lutte pour faire le bien sur la terre pour l’amour de Dieu.

 2 – Qital, qui revient à lutter. On sait que l’Islam autorise le recours à la force, le djihad militaire en cas de guerre. Il fait partie de la défense de la foi islamique contre belligérant d’autres, mais il existe des règles strictes d’engagement. Innocents ou personnes vulnérables comme les femmes, les enfants, les personnes handicapées et les personnes âgées ne doivent jamais être lésés. De nombreux chercheurs ont  rapporté que le prophète Mohammed a dit à ses disciples revenant d’une campagne militaire : « Ce jour, nous sommes revenus  du jihad mineur au jihad majeur », qui voulait dire retour de bataille armée au combat pacifique pour la maîtrise de soi et de mieux-être.  Nous devons garder à l’esprit que la signification du djihad diversifiée au cours de ces dernières décennies[2]. Des groupes radicaux tels que « Salafia Djihadiyya » (salafisme djihadiste), en particulier, a réussi à ressusciter le djihad comme un élément essentiel du devoir religieux.  Selon eux, le jihad est la seule alternative pour les musulmans afin de construire et d’entretenir l’État Islamique.  En ce sens, le jihad est une lutte non seulement pour le triomphe de la foi mais aussi d’obtenir la puissance. Depuis la guerre en Afghanistan, en Irak et récemment en Syrie, l’appel au djihad a attiré des milliers de bénévoles du monde Islamique, de nombreux musulmans forme différentes parties du monde occidental a également rejoint la cause.  Elle est conçue comme un acte de libération dans le monde entier nécessitant la contribution respectueux de tous les musulmans.

b)        – Djihad al-nikah

Si nous regardons la définition et la signification du terme Djihad al-nikah, nous trouvons qu’il n’a aucune racine ou origine dans l’histoire de l’Islam ou de sa documentation.  Entrées fournies par un grand nombre de personnes qui s’intéressent à ce sujet dans Wikipedia par exemple,  disent que « souvent c’est traduit  comme sexe jihad ou djihad sexuelle  (mariage de plaisir).  C’est une notion controversée qui fait référence aux femmes sunnites auraient été s’offrant dans des rôles sexuels pour le confort des combattants pour la mise en place de la règle Islamique[3].

Il est important de souligner que la pratique du Djihad al-nikah repose sur la fatwa, (avis de jurisprudence religieuses) vers 2012, attribuée à un religieux wahhabite saoudien : Sheikh Mohamad al-Arife.  Il a demandé aux femmes sunnites à s’offrir comme femmes de réconfort « pour remonter le moral des combattants » en Syrie.  L’argument religieux est ce lui “du droit de nécessité permet des choses interdites dans les circonstances exceptionnelles ».   Malgré le fait que Cheikh Mohamad al-Arife a nié qu’il est l’auteur de cette fatwa, l’impact de cette opinion religieuse était important.

Délivrer une telle fatwa n’est en effet pas surprenant. Il est important de rappeler que les fatwas émises au cours des dix dernières années sur les femmes reflètent la montée en puissance et l’influence des hommes religieux et leur misogynie.  En outre, les corps/volumes ?? de texte des fatwas expliquent comment la religion peut être utilisée pour justifier toutes les pratiques visant à établir un nouvel ordre de ‘genres’ entre les deux sexes et imposant de nouvelles relations.  Dans ce cas la violence fondée sur le sexe devient plus tolérée et légitimée par ces discours religieux.

En regardant la situation actuelle en Syrie, l’action du djihad a seulement consolidé le modèle hérité de domination  du male/ de l’homme.  Dans ce nouveau battlefront ‘champ de bataille’, hommes qui ont été essaimage des quatre coins du monde ont été motivées par une image masculine archétype et le rôle des combattants rugueux engagés dans une forme d’abnégation héroïque, tandis que les femmes recherchent à s’occuper de leurs besoins quotidiens, y compris des esclaves de sexe.  Mais quel est ce rôle attribué aux femmes dans le temps du djihad ?

Historiquement parlant, les autorités classiques,  ne permettait pas de femmes se battre sauf dans des circonstances plus exceptionnelles mais n’interdisent pas expressément.  Selon l’interprétation classique, les femmes ne sont pas autorisées à combattre dans le djihad, mais ont dit que leur djihad était un pieux pèlerinage à la Mecque (hadj).  Le devoir d’une femme musulmane, affirment-ils, est d’obéir à son mari et prendre soin de sa famille.  En outre, Chiite érudits considèrent que le jihad de la femme est en endurant des souffrances aux mains de son mari et de sa jalousie.

Malgré la volonté des historiens à marginaliser le rôle joué par les femmes dans la sphère publique, participé à la rédaction de l’histoire des femmes comme de féministes musulmanes, ‘Aliyya Mustafa Mubarak dans sa collection “Sahabiyyat Mujahidat » a réussi à rassembler plus de 67 noms de femmes qui ont participé à des batailles dans un second rôle, généralement en accompagnant les combattants, encourager les hommes, ou en fournissant des soins médicaux et assistance.  Elles sont reconnues comme modèles et admirées par les musulmans, et elles n’ont offert jamais leurs corps aux combattants.

Que pouvons-nous conclure de l’arrière-plan historique ?

  • Contrôle de soi est le devoir moral de chaque musulman, et cela contredit avec le nouveau lien ou un lien entre l’action du djihad et de la sexualité.
  • La Communauté devrait protéger les femmes puisqu’elles sont considérées comme vulnérables. Parce que les femmes sont faibles, ils devraient être sous le contrôle de la famille et la communauté.
  • Effectuer le jihad est une action contrôle par la question du ‘genre’. Le djihad de l’homme est de sacrifier sa richesse et son sang jusqu’à ce qu’il est tué dans le chemin d’Allah, mais le jihad de la femme est d’aider son mari et sa communauté. Cette vision maintient les dichotomies culturelles établies : hommes/espace public, espace femmes/privé, femmes/vie et hommes /mort.
  • La littérature misogynic souligne pourquoi les hommes veulent éloigner les femmes du champ de bataille. Pour le combattant mâle, les Houris (femmes du paradis) étaient une attraction majeure. Au contraire les femmes sur la terre représentent un lien qui leur rapporte avec ce monde, par contre la mise au point du combattant est censé être sur le jour suivant et le monde meilleur.
  • Lisant les textes historiques, en particulier la littérature du djihad, confirme que ce n’est pas la première fois que le concept de djihad est pris en otage par des groupes politiques et religieux au fil du temps pour tenter de justifier les diverses formes de violence. Dans la plupart des cas, des groupuscules islamiques ont appelé pour le djihad afin de lutter contre l’ordre Islamique établi.  Certains érudits réformistes, cependant, voient une interprétation abusive du djihad qui va à l’encontre des préceptes islamiques.
  • Dans l’un de ses premiers discours politiques sur le développement du pays, le Président Bourguiba a souligné que la vraie signification du djihad c’est dans la vie quotidienne afin de changer les conditions sociales et contribuer au progrès et au développement.
  • Compte tenu de cet objectif, le jihad de la femme serait donc contre la pauvreté et l’analphabétisme. Personne n’imagine que 50 ans après la promulgation de la Code de Statut Personnelle (1956), un groupe de femmes tunisiennes se rendraient à un champ de bataille pour servir d’esclaves sexuelles aux combattants afin de rêver d’un passé sombre.  Est-ce dû au manque de connaissance religieuse ou est-ce une quête d’identité nouvelle ?

II.       différents récits, interprétations différentes

a) Le récit officiel

Les allégations de cette pratique de jihad al-nikah est liée à l’effort de guerre du gouvernement tunisien contre le terrorisme Islamiste lié à Al-Qaïda dans la montagne Jebel Ech’anbi (Centre ouest de la Tunisie, limitrophe de l’Algérie).  La coalition tunisienne (gouvernement « Troika »)  affirme que la pratique a commencé avec des filles tunisiennes qui ont fait preuve de sympathie pour le mouvement du jihad Islamique, et propagée avec des filles tunisiennes volontaire pour rejoindre les djihadistes Syriens[4].

C’était le 19 septembre 2013 que la véracité de la pratique alléguée est devenue l’objet de vifs débats en septembre 2013, après que le ministre de l’intérieur a fait une déclaration publique sur les jeunes femmes Tunisienne qui ont rejoint les combattants Syriens.  il a déclaré à l’Assemblée Nationale constituante qu’un groupe de femmes Tunisiennes voyage en Syrie pour le jihad de sexe ont des relations sexuelles avec 20, 30 et même jusqu’à 100 rebelles, et que certaines femmes étaient rentrées chez elles enceinte.  Le 6 Octobre 2013, un responsable Tunisien a minimisé cette réclamation antérieure, affirmant que le nombre de ces jeunes femmes qui se sont rendues en Syrie ne dépassait pas 15, et que certains auraient été ont été contraints d’avoir des relations sexuelles avec plusieurs militants islamistes. Cela a été largement la conséquence du printemps arabe et la transition marquée par l’émergence de manifeste et que certaines ont été forcée d’avoir des relations sexuelles avec plusieurs militants Islamistes[5].  Cela a été largement la conséquence du printemps Arabe et la transition marquée par l’émergence de manifeste de radicalisme et de réseaux actifs de recrutement de djihadistes pour rejoindre l’opposition Syrienne initialement et front d’ISIS plus tard, ainsi que le trafic de femmes.

b) Histoires de Mujahidat Al-nikah et témoignages rapportés sur les médias

Le 30 Mai 2013 « Tounesna », une chaîne de télévision Tunisienne privée, a invité une fille Tunisienne pour raconter son histoire sur le programme[6] (mraa wa ‘liha al klam), une émission de télévision qui invite les femmes pour leur réputation positive.  Elle a avoué être trompé d’aller en Syrie sous le nom de Djihad al-nikah d’épouser les terroristes dans le but de les soutenir dans leur lutte contre les forces du gouvernement Syrien. Aisha (la jeune fille de  vingt ans) a dit qu’elle avait rencontré une femme qui avait été impliquée dans le leurre des filles dans les universités pour recruter pour le djihad al-nikah en Syrie.  Il y a même un processus de la tentation car il y a une promesse que déchus sera « martyrs en brandissant la bannière de l’Islam ».  Aïcha se trouvait parmi un groupe de 14 jeunes filles qui avaient été trompés se marier comme Jihad al-nikah en Syrie.  Mais le père d’Aisha a découvert son intention et convaincue de ne pas y aller de Syrie en demandant à tous les membres de leurs famille pour lui faire comprendre au sujet vive opposition de l’Islam à ces déplacements.

Le -23-7-2014, le djihadiste Tunisien Abou Qoussaï a été interviewé par la TV Tunisienne dans le programme (Labaas, êtes-vous Ok ?), après son retour de Syrie.  Après son retour de Syrie. Il a confirmé que les histoires sur “Jihad al-nikah » était vrai[7].  Au même moment entrevu de parents inquiets et des déclarations d’Anis Koubaji, Président de l’Association de l’Assistance aux expatriés Tunisiens (l’association d’aide aux tunisiens à l’étranger) ont été publiés sur l’Internet, soulignant le recrutement des femmes, le rôle joué par certaines associations caritatives pour faciliter le départ des Tunisiens à la Syrie et les raisons derrière la volonté à l’appui des combattants Syriens[8].

Des journaux Tunisiens ont également indiqué qu’un jeune homme Tunisien divorcé de sa femme, et qu’ils se sont tous deux dirige vers la Syrie presque un mois  avant, pour lui laisser l’occasion de s’engager dans le djihad sexuelle avec les djihadistes.  Une autre vidéo largement diffusée sur l’internet et des sites sociaux en Tunisie montre les parents d’une fille voilée appelé Rahmah, âgée de 17 ans.   Ils ont dit Rahmah avait disparu de maison le matin et puit ils ont appris qu’elle s’est dirigée  vers la Syrie pour mener le djihad sexuelle.  La jeune fille est retournée à sa famille, qui l’a perdu de vue et dit que leur fille n’est pas un fanatique religieux, par contre elle a été influencée par ses camarades de classe qui sont connus pour leur affiliation avec les salafistes djihadistes.  Ses parents ont dit que ces camarades de classe ont peut-être pu lui faire un lavage de cerveau et l’a convaincre de voyager en  Syrie pour supporter les djihadistes.  Ces histoires sont devenues plus courantes en Tunisie et les parents sont devenus préoccupés par l’influence des leaders charismatiques Islamiques dans d’autres pays arabes peuvent exercer sur leurs enfants[9].   Il est à noter que les médias ont joué un rôle important dans le nouveau contexte du terrorisme en Tunisie.  Beaucoup d’histoires sur les femmes, qui ont eu affaire aux radicaux salafistes dans différentes régions du pays en leur offrant leur corps, montre le soutien et la solidarité de certains groupes avec les salafistes.  Cependant, il y a aussi des histoires dans les médias qui souvent montrent des femmes victimes et qui ne sont pas convaincue du jihad al nikah.  Les témoignages de jeunes femmes, diffusé à la télévision ou publiés dans les journaux ou sur Internet ont montré leur faiblesse et la vulnérabilité.    Ces filles sont souvent dépeintes comme aisément manipulables, souffrant de certaines crises émotionnelles et le manque de connaissance religieuse.

c) Raconter Jihad al-nikah

La narration de Jihad al-nikah dans le contexte de polarisation entre les Islamistes et laïques en post révolution Tunisie reflète la tension, la colère, l’accusation et la méfiance mutuelle.  D’une part, les dirigeants Islamistes du parti Ennahda  en refusé délibérément la question, tandis que d’autres affirment que c’est une propagande laïque.  Certains des commentaires d’Ennahda ont adopté le point de vue des médias internationaux.  Le 7 octobre 2013, le magazine allemand Der Spiegel a rapporté que « Djihad sexuel » à la Syrie une campagne de désinformation élaborée par le régime Assad à détourner l’attention internationale de ses propres crimes.  Maher Nana, Président de l’Alliance pour les droits de l’homme pour la Syrie aurait déclaré qu’il s’agissait de pure propagande : « Peut-être que les Tunisiens ont des preuves, mais je pense que ce sont juste quelques fausses déclarations du ministre de l’intérieur qui pourraient être liées à un agenda politique »  Il a commenté .[10]

Un autre point de vue était celui de démocrates, ou les partisans de la laïcité, qui a critiqué les politiques adoptées par Ennahda au cours du processus transnational et accusé les dirigeants Islamistes et les groupes salafistes de la création d’associations caritatives pour organiser le voyage de nombreux Tunisiens à la Syrie.  Victimes de partis Islamistes radicaux ou les idéologies sont construits comme des personnes qui ont besoin de « notre » aide et protection contre les « autres » afin de devenir émancipés et égale aux autres femmes Tunisiennes modernes.  La question de Jihad al-nikah ou à la violence contre les femmes est devenue un enjeu politique. Chaque partie a tenté de se défendre et en même temps à accuser l’autre partie.   Il est évident que la femme victime du patriarcat et la violence masculine n’est pas une question nouvelle dans le débat public et le discours populaire et a accompagné les mouvements des femmes et des droits de l’homme depuis plusieurs siècles.  Cependant, les contenus de cette catégorie ont varié, et au cours des deux dernières, la catégorie est plus en plus devenue occupée par les chiffres de la femme Musulmane pratiquante du travail de l’ouvrier de sexe/prostituée.  Pour cette raison Ennahda parti a nié l’existence de ce “phénomène » parce qu’il a été jugé dangereux pour les Musulmans en général et en particulier pour les partis Islamistes du pays.  Nous devons garder à l’esprit qu’Ennahdha a consacré temps et argent à développer une nouvelle image d’elle-même, plus précisément dans l’Ouest, et a lobbying afin d’être considéré comme un parti politique Islamique “modéré ».  Le parti a travaillé d’arrache-pied pour construire un nouvel environnement où les gens peuvent vivre ensemble.

Bien que le Ministre des Affaires Religieuses (près de salafistes et prêché ouvertement soutien du djihad en Syrie) a déclaré que le Ministère contrôlera les prédicateurs qui encouragent les jeunes à se rendre en Syrie,  es gens étaient inquiets de la position officielle du gouvernement.   Othman Batikh, le mufti de l’Etat a déclaré en avril que les 13 filles Tunisiennes « Ont été trompés » en voyageant en Syrie pour fournir le sexe aux combattants.    « Pour le jihad en Syrie, ils poussent maintenant filles à y aller ».   Batikh protesté avec colère : «Qu’est-ce que c’est? C’est ce qu’on appelle la prostitution.    C’est la corruption de l’éducation morale. » Il a été congédié de son poste quelques jours plus tard.   Cheikh Fareed Elbaji, un jeune chef religieux, dit à la BBC qu’il connaissait personnellement les familles qui avaient découvert que leurs filles étaient allées à Chaanbi ou en Syrie pour offrir le sexe à l’appui des militants, apparemment dans l’obéissance de fatwas ou édits religieux émis sur les champs de bataille de la Syrie[11].

De même cette position officielle confus, militantes féministes et des droits de la femme n’a pas adopté la même position.  Certains ont pris ce problème comme une preuve des politiques régressives des Islamistes tandis que d’autres leur travail focalisé sur des femmes souffrant de troubles socio-psychologiques.  Ils ont inclus ce groupe de victimes dans leurs programmes pour protéger les femmes victimes de violence.   Leurs déclarations reflètent les vues de droits de l’homme et toutes les stratégies utilisées pour permettre aux victimes.  Les féministes parlaient de défi après la révolution des femmes tunisiennes et a critiqué la façon dont quelques femmes Tunisiennes est devenues l’objet d’affichage pour les hommes dans un pays réputé pour la promotion des droits de femmes et de donner la chance à Tunisien comme un modèle dans la région.   De toute évidence, la société tunisienne a connu un changement de paradigme de valeurs modernes aux règles conservatrices.

Il est intéressant d’analyser quelques témoignages de certains combattants qui sont renvoyées en Tunisie après avoir rejoint le front de bataille en Syrie.   Peu d’entre eux ont accepté de parler de leur vie dans le champ de bataille. Selon eux, les femmes Tunisiennes ne sont plus une exception et un modèle pour la promotion des droits et l’émancipation complète des femmes Arabes.  Les femmes Tunisiennes ont été parmi les autres femmes qui s’adonnent au Jihad al-nikah en Syrie.  En outre, certains hommes avouent qu’ils avaient des relations sexuelles avec un nombre important de femmes.  Il n’y a aucun doute que voir des femmes passives et nécessitant une protection, renforce la force et la puissance du combattant mâle. Si nous analysons certains récits masculins, nous voyons que la plupart d’entre eux utilisé des expressions exagérées et parler de performances.   Ce mode de déclaration est une partie intégrante du discours de devenir un héros après une longue période de marginalisation.   Si on considère que la valeur de base du militarisme est  « exercer pouvoir sur l’autre »  « nous ne serons pas surpris de voir l’homme combattants entrain de défendre la stricte répartition entre masculins ‘propre’ et rôles féminins et les oppositions binaires (actif/passif logique/intuitive rationnels/irrationnels …etc.). En ce sens, la guerre est ” travail d’hommes » tandis que, prendre soin des hommes est le devoir des femmes.  Les djihadistes sont entrain de construire des définitions étroites des caractéristiques masculines et féminines et établir des rôles rigides.  En imposant leurs règles, djihadistes défendent une certaine idéologie qui prévoit un contexte et justification de la discrimination institutionnalisée et la violence contre les femmes.  Les femmes existent seulement en ce qui concerne les hommes–comme des victimes ayant besoin de protection, ou comme des objets sexuels qui mérite de l’exploitation. Comme le soutient de Colleen Burke,

Le militarisme a besoin d’une idéologie de ‘genre’ autant qu’il a besoin de soldats et armes.  Il a besoin d’hommes qui acceptent et croient en leur rôle de « guerrier» tant qu’ils sont disposés à obéir aux ordres, même jusqu’à la mort et les femmes qui acceptent leur  rôles« propre »  par rapport aux hommes et sacrifier leurs fils aux intérêts de leurs pays et les exhorter à se battre et docilement répondent aux besoins sexuels des hommes dans l’armée[12]

Bien que les femmes qui pratiquent le jihad al-nikah aient été considérées principalement comme les victimes des hommes, ce qui est vrai dans certains cas, nous pensons que les femmes ont une grande variété de motivations pour adhérer et consentir au jihad al-nikah : le plaisir de l’aventure a été probablement un facteur particulièrement attrayant pour les adolescentes, mais ça  n’explique pas tout pour le choix de cette activité particulière.  Le matériel disponible partagé sur quelques blogs de filles salafistes, me semble que certaines filles croient en une idéologie et elles sont convaincues de la récompense de l’au-delà.   Elles refusent d’être payées pour leurs services parce qu’elles veulent soutenir des hommes dans leur lutte comme un devoir et de sacrifice pour Allah.   En tenant compte du fait que le message de recrutement sur internet ne s’appuie pas principalement sur les arguments théologiques complexes, mais, sur appel simple, viscérale au sentiment de solidarité et d’altruisme, nous pouvons affirmer que les jeunes femmes croient que leur devoir d’aider les combattants.   En outre, si nous savons qu’un sens du verbe en arabe « nakaha », نكح المرأة اعتمد عليها (nakaha la femme : c’est être soutenu par la femme), nous pouvons comprendre l’argument présenté par des jeunes femmes.  Les djihadistes utilisent l’Internet pour construire un discours pan-Islamique, une identité basée sur l’unité de la nation Musulmane et mettant accent sur le discoure de victime, menacée dans tout le monde.    Compte tenu du Jihad al nikah comme une tentative de développer une société parallèle, fondée sur ce qu’ils croient pour être la charia, de jeunes femmes se présentent comme « activistes » soutenant le project de l’État Islamique, au lieu de se représenter eux-mêmes dans la position de victimes passives.

De toute évidence, les différents récits/témoignages des jeunes femmes Tunisiennes, discours officiel du ministre de l’intérieur à la NCA (september2013), et la couverture médiatique de la question montrent cette distinction entre deux catégories de femmes

Un premier groupe de jeunes femmes qui ont été kidnappées, recrutés ou contraints par leurs partenaires d’aller vers la Syrie et à avoir des rapports sexuels avec des combattants.  Elles sont représentées comme des victimes de groupes radicaux, mais aussi des hommes prêts à faire de l’argent en exploitant les femmes.  En effet, la pauvreté, l’analphabétisme et la marginalisation de certaines régions a contribué à ce facteur et peut être considéré comme une forme de trafic sexuel.  Un deuxième groupe de femmes convaincues de l’utilité de jouer un rôle dans la guerre.  Elles croient qu’on offrant leur corps, ça  leur permettront de devenir Mujahidat. Pour cette raison, ils utilisent ce lexique : »أخوات الفراش» ومؤازرات و«مؤازرات الإخوان» و«مجاهدات النكاح.  Aussi différents récits ont fait que certaines femmes étaient volontaires.  Elles étaient disposées à ‘offrir’ leur corps pour les combattants à l’intérieur et à l’étranger.  Il faut souligner que la pratique de s’offrir, non pas le corps est hautement reconnue par la communauté.   Des Érudits ont mentionné que beaucoup de femmes offertes eux-mêmes au prophète Mohammed volontiers, dans l’espoir que le prophète aurait les marier.  En outre, la pratique a été mentionnée dans le Coran.

﴿وَامْرَأَةً مُّؤْمِنَةً إِن وَهَبَتْ نَفْسَهَا لِلنَّبِىِّ إِنْ أَرَادَ النَّبِىُّ أَن يَسْتَنكِحَهَا خَالِصَةً لَّكَ﴾

« Et une femme croyante si elle s’offre au Prophète et que le prophète veut l’épouser–un privilège pour vous seulement » cela signifie, ‘  « licite pour toi, Ô prophète, est également une femme croyante si elle s’offre à vous, de l’épouser sans dot, si vous souhaitez faire »[13]. (Ibn Kathir).

Ces lectures littérales des versets du Coran, l’incompréhension de ses préceptes et les principes ou les interprétations erronées, ne sont pas nouveautés dans les sociétés Islamiques.  Mais être prête à offrir son corps aux combattants (mariage plaisir) soulève une question importante : Qui obtiendra le plaisir ?

Sans aucun doute, nous assistons à une redéfinition de l’identité du soi.  Les corps de femmes dans la sphère publique défiant les forces de police au début de la révolution sont devenues dans l’imaginaire de certains corps docile de groupes radicaux.  Cette nouvelle construction de la féminité (domesticité, dépendance, fragilité, manque de puissance…) en Tunisie, connu comme le premier pays dans le monde Arabe, monde à mettre en œuvre le droit des femmes et  à interdire la polygamie met en évidence la capacité des radicaux de laver les cerveaux des femmes et de soulever le problème de masculinité en temps de crises.  En exploitant quelques groupes de femmes pour leur plaisir, les hommes ont perpétué le problème de l’objectification sexuel du corps féminin et projeter leurs craintes et haine sur la chair des femmes/féminine.  Le fait que les hommes Tunisiens ont décidé de prendre part à la guerre de Syrie, ils veulent nous proposer une autre forme de masculinité.  Ces groupes (djihadistes violents criminels, salafistes,…) représentent une image idéalisée d’un nouveau style Tunisien de la masculinité comme musculaire, violente, indépendante, arrogante et victorieuse dans la guerre contre les autres.

III.       Conclusion

Le thème du Jihad al-nikah était une inattendue, parce que les gens étaient dans les rues, exprimant leurs revendications pour des changements politiques, économiques et sociales, mais en temps de guerre, tout est possible.  En effet, le soi-disant printemps Arabe a provoqué des changements majeurs en discours Arabe aussi bien les discours occidentaux et imaginaires de soi et l’autre.  En acceptant d’assumer le rôle classique de la femme, ce groupe de femmes Tunisiennes renforce le patriarcat dans le secteur privé et les sphères publiques; ça renforce également la position dominante des hommes et la subordination des femmes. Ils  reproduisent la perception des espaces publics comme sites de masculinité, de performance et de pratique.  Dans ce cas, nous pouvons comprendre la vague de violence contre les femmes dans le processus de transition. Deniz Kandiyoti (2013) définit cette postrévolutionnaire violence contre les femmes comme restauration masculine, définie comme l’utilisation de la manipulation et la coercition contre les femmes en raison de la présence accrue de femme dans la sphère publique. C’est un outil que les hommes utilisent pour retourner aux rôles traditionnels fondés sur la religion.[14]

Afin de comprendre pourquoi un groupe de femmes jeunes Tunisiennes sont attirés par cette pratique du jihad sexuelle et comment « femmes mujahidat ou muazirat (partisans) »’ perçoivent leur corps. Il est intéressant d’analyser certaines pages de livre de visage et certains blogs de jeunes femmes salafiste.   Elles choisissent les pseudos noms de répertoire classique comme Oum Al Bara, AlKhanssa, ou ouvertement l’éloge eux-mêmes comme étant des « terroristes et fier de l’être ».  Le sujet discuté principalement sur ces pages est la guerre contre les infidèles : les forces de police appelée « Attaghut » (despotes) et des régimes politiques qui n’ont pas établi la Loi de sharia.   Les salafistes de jeunes femmes s’identifient avec les femmes kamikazes en Palestine (Hamas), tchétchènes et autres endroits où les femmes sacrifièrent dans le cadre du Jihad.  Elles veulent être honorées comme combattantes. Certains de ces jeunes femmes rejoint les terroristes en Tunisie alors que d’autres s’intéressent davantage à des activités sexuelles comme forme de combattantes enrichissantes.  Dans les deux cas, les jeunes femmes sont déplacé de  l’égalité de rôles et visibilité dans l’espace public au rôle classique de genre  ‘gender roles’ et l’espace privé du harem. Ils confirment leur altérité dans l’héréditaire culturelle et religieusement sanctionnée par les patrons d’identitaire comme subordonnés et les suppléments aux rôles masculins dans la grande guerre sainte, pour restaurer la gloire du passée de l’Islam.  Si le Jihad al-nikah est une réalité ou une fabrication peu importe puisqu’elle est devenue une action établie et acceptée.  Il s’est avéré que la société tunisienne a accepté d’ouvrir un débat public et d’analyser un phénomène que beaucoup n’ont jamais attendu.  La question la plus importante ici est que, malgré les horreurs vécues par ceux qui ont rejoint le front et la condamnation de large qu’il a apportée, certaines femmes arabes ainsi que les pays européens sont fascinés par cette pratique. 

Bibliography

http://www.qtafsir.com/index.php?option=com_content&task=view&id=1839&Itemid=89

http://tunisie14.tn/article/detail/jihad-nikah-au-maximum-une-quinzaine-de-tunisiennes-sont-allees-en-syrie-selon-le-mi

http://www.tuniscope.com/article/25864/actualites/tunisie/t-t-confessions-545112

www.youtube.com/watch?v=onWv66_PrQs

http://directinfo.webmanagercenter.com/2013/09/28/video-jihad-nikah-6-tunisiennes-detenues-par-hezbollah-au-liban/

http://tunisie14.tn/article/detail/jihad-nikah-au-maximum-une-quinzaine-de-tunisiennes-sont-allees-en-syrie-selon-le-mi

http://www.tuniscope.com/article/25864/actualites/tunisie/t-t-confessions-545112

www.youtube.com/watch?v=onWv66_PrQs

http://directinfo.webmanagercenter.com/2013/09/28/video-jihad-nikah-6-tunisiennes-detenues-par-hezbollah-au-liban/

http://www.dailymail.co.uk/news/article-2304128/Tunisian-girls-head-Syria-offer-Islamic-fighters-sexual-jihad.html

http://ar.webmanagercenter.com/2013/09/25/19088/%

http://www.clarionproject.org/news/isis-issues-orders-mosul-give-over-girls-sex-jihad

 

[1] L’Arabie avant l’Islam, http://www.al-islam.org/restatement-history-islam-and-muslims-sayyid-ali-ashgar-razwy/arabia-islam(accesed 12-2-2015).  Un homme jamais son pupille ou sa fille à un autre homme et

[2] Ben Salem Myriam, « DJihad comme un concept  progressif : le cas du mouvement Islamique Al-Nahda », dans, La Violence Politique en Tunisie,  publié par l’Association Tunisienne D’ Etudes Politiques,  Tunis, Juin 2013, pp. 53-68.

[3] http://en.wikipedia.org/wiki/Sexual_jihad, (accedee le  12-2-2015).

[4] Sara Daniel, TUNISIE. La vérité sur le “djihad sexuel”

http://tempsreel.nouvelobs.com/l-enquete-de-l-obs/20131107.OBS4614/tunisie-la-verite-sur-le-djihad-sexuel.html (accédé le 7-2-2015).

[5]  Abid Zohra , Tunisie : Le «jihad nikah» oppose les imams au gouvernement

http://www.kapitalis.com/politique/18333-tunisie-le-jihad-nikah-oppose-les-imams-au-gouvernement.html(accessed 4-2-2015) see also

http://tunisie14.tn/article/detail/jihad-nikah-au-maximum-une-quinzaine-de-tunisiennes-sont-allees-en-Syrie http://www.tuniscope.com/article/25864/actualites/tunisie/t-t-confessions-545112

http://www.youtube.com/watch?v=onWv66_PrQs

[6] http://www.tuniscope.com/article/25864/actualites/tunisie/t-t-confessions-545112

3www.youtube.com/watch?v=onWv66_PrQs

[7] http://www.tuniscope.com/article/25864/actualites/tunisie/t-t-confessions-545112

3www.youtube.com/watch?v=onWv66_PrQs

[8] 1.000 Tunisiennes vouées au jihad nikah dans les camps d’Edleb en Syrie

http://www.kapitalis.com/societe/17848-1-000-tunisiennes-vouees-au-jihad-nikah-dans-les-camps-d-edleb-en-syrie.html(8-2-2015)

[9]  http://www.dailymail.co.uk/news/article-2304128/Tunisian-girls-head-Syria-offer-Islamic-fighters-sexual-jihad.html

http://ar.webmanagercenter.com/2013/09/25/19088/%

[10] Avraham  Rachel,Sexual Jihad is a reality in Syria,

http://www.portmir.org.uk/articles/wahhabism-s-sex-jihad.htm (accédée  le 9-2-2015)

[11]  Tunisie : Le « jihad nikah» oppose les imams au gouvernement;

http://www.kapitalis.com/politique/18333-tunisie-le-jihad-nikah-oppose-les-imams-au-gouvernement.html

[12] Burke Colleen, Women and Militarism

http://wilpf.smilla.li/wpcontent/uploads/2012/10/Unknown year_Women_and_Militarism.pdf  (9-2-2015)

[13]   http://www.qtafsir.com/index.php?option=com_content&task=view&id=1839&Itemid=89

[14]   KANDIYOTI DENIZ, Fear and fury: women and post-revolutionary violence

https://www.opendemocracy.net/5050/deniz-kandiyoti/fear-and-fury-women-and-post-revolutionary-violence (accessed 3-2-2015)

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here